LES LAURÉATS 2015

LES LAURÉATS DE L’APPEL À CANDIDATURES 2015

Les expositions photographiques à voir dans la 11ème édition des rencontres cinématographiques de Cerbère/Portbou

du jeudi 1er au 4 octobre 2015

Très prochainement vous trouverez le programme complet à télécharger sur le site des Rencontres Cinématographiques de Cerbère.

Le gagnant est GILDAS PARÉ, photographe de nationalité Française, qui remporte le séjour dans la 11ème édition des rencontres cinématographiques de Cerbère/Portbou avec la série “ Plastic dream ”, “ Plastique de rêve ” réalisée en collaboration avec le journaliste Kirk BAYAMA et l’auteur Julie BAUDOIN.

“ Plastic dream ” interroge notre propre vision de la féminité face aux diverses tentatives de contrôles corporels, choisis ou subis par certaines jeunes femmes. Selon les cultures, les codes de la féminité diffèrent ! Si certaines pratiques tendent à rendre la femme aussi féminine que les codes culturels le prévoient, d’autres visent au contraire à retarder le passage de certaines jeunes flles au stade de jeunes femmes. Ce premier volet,  » C’est pour ton bien… « , explore une pratique culturelle camerounaise : le  » repassage des seins « . Ce repassage consiste à écraser la glande mammaire de jeunes flles ayant un développement pubère jugé trop précoce. Ce contrôle corporel est effectué par leur mère, grand-mère, tante ou encore guérisseuse, à l’aide d’objets détournés. Cet acte entraine de véritables blessures physiques, psychologiques et même identitaires. Pourtant, paradoxalement, cet acte est avant tout un acte bienveillant, visant à protéger ces jeunes flles du regard des hommes, du viol, du mariage ou d’une grossesse précoce, et ainsi leur permettre de poursuivre leurs études. Au fil des portraits, images et textes, et des objets, cette série entre alors intimement dans la dichotomie de ces femmes, dans leur rapport entre nature et culture, protection et conformisme, existence et oubli de soi. Et c’est ainsi que ces seins, tant contrôlés que sacralisés, deviennent à la fois éternelle blessure et rêve de leur vie.

L’exposition est visible dans la salle de cinéma du Belvédère, elle est réalisée grâce au soutien de notre partenaire NEGPOS de Nîmes.

gildas_pare_plastic dream_10

 

Les séries sur les thèmes “passages” et “fiction” des six autres lauréats gagnants seront projetées sur grand écran le jour du vernissage, dans le salle du cinéma du Belvédère, le jeudi 1er octobre, ensuite pendant toute la durée des rencontres les séries seront projetées dans la salle attenante au restaurant de l’hôtel :
Philippe DOLLO, Marie FRÉCON, Yohann GOZARD, Véronique L’HOSTE, Terence PIQUE et Bertrand TAOUSSI.

 

PHILIPPE DOLLO
Série Aître Sudète ou l’éloge de l’impuissance

Philippe_Dollo_photo08

Pour tenter d’explorer les Sudètes, il faut s’armer de patience. Autrefois prospères, aujourd’hui semi-désertiques et d’une sombre beauté, ces régions ne se livrent pas à l’intrus, au curieux de passage. Bien qu’ayant passé plus de 3 ans à photographier les Sudètes, jusqu’à il y a peu, j’ignorais encore pourquoi diable j’avais démarré ce projet. La seule et tenace certitude était qu’il fallait continuer, aller jusqu’au bout du voyage même sans savoir encore quelle route prendre… Immédiatement, les Sudètes ont résisté, élevant des barrières linguistiques et culturelles. Il s’agit-là d’un sujet tabou, dont personne n’a envie de parler, aussi bien les Tchèques que les Allemands. A l’image de tous ces villages détruits à partir des années 50, beaucoup de traces de la mémoire Sudète ne sont plus que ruines ou déjà complètement effacées. Comment photographier le souvenir d’un lieu rayé de la carte? Capturer un référent absent? Le destin tragique de ces terres, littéralement au centre géographique de l’Europe, sonne comme un avertissement du passé récent à notre présent qui se croit pour de bon à l’abri de l’horreur. Comment ces régions d’une beauté âpre et sauvage, baignées par une lumière sublime, ont pu servir de décors à une pièce de théâtre aussi sordide et violente.

 

MARIE FRÉCON
Série L’HOMME DE PASSAGE ou … UNE TRAVERSEE POETIQUE DES APPARENCES

Marie-Frécon_Faces-09

Cette série de portraits révèle une forme de liberté enfouie de l’Être, l’homme s’est laissé traverser, dévoiler, pour devenir porteur de mémoires oubliées, d’histoires échappées.

Le dictionnaire des symboles place le mot VISAGE entre ceux de Virginité et de Vitriol, le visage comme un dévoilement incomplet et passager de la personne, comme … une porte de l’invisible.

 

YOHANN GOZARD

Transpyrénéen

yohann_gozard_mars2011_11

Les images présentées pour ce concours ne constituent pas une série à proprement parler, même si un temps (en 2004 / 2005) j’avais réunis les premières images relatives à ce sujet sous le titre Passage… Elles présentent une sélection d’aperçus subjectifs, constitués d’images réalisées épisodiquement entre 2004 et 2012 à la faveur de passages programmés ou hasardeux à Canfranc Estacion, gigantesque gare quasi-abandonnée, construite au chausse-pied dans une petite vallée qu’elle monopolise au pied du Somport, côté espagnol.

VÉRONIQUE L’HOSTE

Série Cycle

Véronique_L_Hoste_Cycle7

Par ces réalisations sobres, épurées, Véronique L’Hoste nous interroge sur la naissance, la vie, la mort, l’au-delà. Inspirée par les grands espaces, elle met en scène des silhouettes drapées qui s’ancrent au sol pour s’y ressourcer, avant de regagner leur demeure. Ces formes sans identité disent le besoin vital de l’homme de reprendre contact avec  la terre nourricière, de la retrouver chez lui, dans son quotidien, de la magnifier jusqu’à la placer au centre de son monde.

Mais cette terre, ironie du sort, finira par le rappeler à elle.

TERENCE PIQUE

Série ASPECTUS IN EXTREMIS

Pique_Terence_012

Cette série a été réalisée dans le sud de l’Espagne, sur l’extrême bord de l’Europe, de Gibraltar a Tarifa. Dans cette zone, outre la spécifcité géographique qui nous permet de voir la rive africaine, ce qui attire l’attention, c’est la multitude d’infrastructures de surveillance, passées et présentes, qui ponctuent le paysage. Il y a dans cette présence récurrente une tension qui semble faire écho aux inquiétudes persistantes de l’Europe actuelle face à l’immigration. Aussi j’ai voulu interroger cette situation avec la distance de la photographie grand format, en réalisant une série de paysages tronqués, d’ou  la veduta (la vue) serait évacuée pour ne pointer que ces dites infrastructures. Regarder en contre-champ en faisant, d’une certaine manière, dos à la mer et à la vue. De cette façon, inverser les rôles et faire de tous ces bunkers, tours de contrôle et autres constructions, le sujet central de l’image afin d’en poser la question. Car, avec le calme apparent et la lenteur de la chambre, toutes ces installations sont autant de socles pour le regard, d’observatoires rappelant jusqu’à l’absurde leur fonction : scruter cet ailleurs qui inquiète autant qu’il fascine. Ainsi, avec ces relevés topographiques réalisés depuis ce bord d’ou l’oeil peut toucher l’autre rive, c’est d’abord cette question de la scrutation qui est posée. Mais en choisissant de pointer les infrastructures plus que la vue, c’est aussi l’acte photographique qui est mise en abime. Car dans le jeu en aller-retour entre l’image, son sujet et son observateur, la photographie devient une pratique de surveillance également.

BERTRAND TAOUSSI

Série PAYSAGES HABITÉS

bertrand_taoussi_N04

À l’origine de ce projet je me suis fixé l’objectif de réaliser une image en extérieur chaque jour de l’année. Rapidement c’est imposé le besoin de  passer de l’autre coté du viseur et de venir habiter physiquement le paysage, comme un appel silencieux à partager un espace en attente d’un fait…

Il s’agit de rencontres et d’offrandes, de petites choses ordinaires percutant l’ordre naturel de mon environnement immédiat, le pays Carcassonnais et la Montagne Noire.

Une manière d’interroger la proximité entretenue avec ce qui est extérieur mais dont la frontière avec le moi reste fluctuante. Cet ailleurs devient nouvelle zone d’intimité d’où je tente de m’affranchir de la gravité, léviter pour suspendre le temps au fil du rire et du mystère.

Publicités

Une réflexion sur “LES LAURÉATS 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s